Visionneuse de diapositives

De Wiki LOGre
Aller à : navigation, rechercher


Projet réalisé par : Edgar Bonet.

Le but de ce projet est de réaliser un système de rétroéclairage pour négatifs et diapositives moyen et grand format, qui dans son principe est similaire à une visionneuse de diapositives. Le méta-but et de numériser ces supports simplement en les photographiant avec un appareil photo numérique.

Visionneuse-finie.jpg


Présentation

La numérisation de négatifs et diapositives nécessite un matériel spécialisé, encombrant et coûteux : un scanner avec un dos muni d'un système de rétroéclairage. On peut confier le travail à un magasin photo, mais les prix ont tendance à être prohibitifs. Lorsqu'on possède déjà un appareil photo numérique avec une bonne optique macro, il est tentant de s'en servir comme scanner simplement en photographiant les négatifs et diapos, mais cela présente deux difficultés :

  • il faut un support pour tenir le film dans une position stable ;
  • il faut l'éclairer par transparence avec une lumière diffuse et uniforme.

Le dispositif présenté ici vise à résoudre ces deux problèmes en fournissant à la fois un support pour le film et un rétroéclairage. Il comporte deux passe-vues interchangeables :

  • un pour films moyen format (films 120), avec des vues aux formats 6x4.5 à 6x12 ;
  • un pour film en feuilles grand format, uniquement en 4×5 pouces (100×125 mm).

Il serait simple d'y ajouter un troisième passe-vue pour films petit format (35 mm, alias « 24×36 »), mais l'utilisateur de petit format risque de trouver ce dispositif inutilement grand...

Schéma de principe.

Ci-contre un schéma de principe en coupe :

La source de lumière est une ampoule halogène 12 V avec une température de couleur de 3000 K (le plus élevé que j'ai trouvé). Les ampoules halogène, à défaut d'avoir un bon rendement, présentent l'avantage d'avoir un indice de rendu de couleur parfait. La principale difficulté est d'obtenir une lumière parfaitement uniforme et diffuse, et c'est réalisé comme ceci :

  • la lumière circule, par des réflexions diffuses, à l'intérieur d'une boîte dont les parois internes sont peintes en blanc ;
  • deux écrans diffusants sont placés entre l'ampoule et le film ;
  • un réflecteur empêche le flux direct de l'ampoule d'atteindre les écrans.

Les écrans sont des simples feuilles de papier calque tendues sur des cadres en bois. Le réflecteur est du papier aluminium collé sur un support en bois.


Réalisation

Découpe laser

À l'aide de la découpeuse laser, découper la structure de la boîte dans du médium 3 mm. Voici le fichier à imprimer :

Ce fichier est à l'échelle de 2.83465 unités par mm, soit 72 unités par pouce. C'est l'échelle qu'utilise Illustrator lorsqu'il importe des fichiers SVG. Le fichier devrait donc être imprimable depuis Illustrator sans modification. Si vous utilisez un logiciel qui importe les SVG à une échelle différente, il faut modifier la ligne 4 du fichier et remplacer scale(2.83465) par l'échelle appropriée (3.54331 pour Inkscape par exemple).

Et voici la découpe au laser :

À partir du coin supérieur gauche, et dans le sens des aiguilles d'une montre, on distingue :

  • le fond, les côtés et la face arrière ;
  • les passe vues 4×5 pouces (à gauche) et 120 (à droite) ;
  • le couvercle ;
  • les cadres pour le réflecteur et les écrans diffusants, ainsi que des tiges pour les guider ;
  • le support de l'ampoule et deux petits caches qui vont à l'avant.

Peinture et collage

Coller d'abord :

  • six glissières sur chacun des panneaux latéraux ;
  • des caches à l'avant, sur les panneaux supérieur et inférieur ;
  • une butée sur le plus grand des deux cadres de chaque passe-vue ;
  • assembler le support de l'ampoule.

Peindre ensuite, à la peinture acrylique mate :

  • en blanc (2 couches), toutes les surfaces tournées vers l'intérieur ;
  • en noir, les surfaces qui seront visibles de l'appareil photo : l'avant des passe-vues et l'extrémité avant des panneaux qui les encadreront.

Montage des écrans

Découper et coller un petit carré de papier aluminium sur le support prévu à cet effet. Encoller un côté des cadres qui servent de support aux écrans diffusants, puis poser ce côté encollé sur des feuilles de papier calque. Plaquer le tout avec des livres le temps que ça sèche. Une fois sec, découper au cutter ce qui dépasse.

Assemblage du boîtier

Réaliser le circuit électrique : fiche–interrupteur–transformateur–douille en veillant à faire passer le câble à travers la face arrière du boîtier et le support d'ampoule. Assembler à la colle à bois le fond du boîtier, la face arrière, les faces latérales et le support d'ampoule. Le couvercle sera simplement posé et non collé, pour permettre l'accès à l'ampoule. On peut maintenant mettre en place l'ampoule, les écrans et le couvercle, et tester le résultat.

Finition des passe-vues

Cales pour guider le film.

Afin d'éviter le contact du film avec le bois noirci au laser, du ruban adhésif « scotch » est placé en protection tout autour du cadre. Des fines cales en carton sont placés sous le scotch : elles permettent de guider et caler le film.


Premier test

Voici le premier « scan ». Il s'agit d'un paysage du Lubéron, photographié sur film Fuji Provia 100F, avec une chambre 4×5 pouces à sténopé de marque Sténocaméra.

Premier « scan ».

À noter que le vignettage n'est pas dû à la visionneuse : il est présent sur l'original. C'est un effet secondaire du champ extrêmement large de cette chambre qui a une focale de 47 mm, soit une focale équivalente (équivalent 24×36) de 13 mm.

Améliorations envisagées

Le passe-vue entre difficilement dans les fentes prévues. Il faudrait peut-être agrandir celles-ci d'un demi millimètre. Peut-être qu'un ponçage au papier de verre pourrait suffire ?


Références

Beaucoup de personnes utilisent des méthodes similaires pour numériser des films, généralement en 35 mm. Voici quelques liens :